BRF - Bois Raméal Fragmenté

mercredi 27 février 2008
par  numlemalin
popularité : 25%

En utilisant des branches fraîchement broyées et appliquées rapidement au sol, toute une pédofaune et pédoflore va s’installer et ainsi reproduire les mêmes mécanismes que la forêt laquelle est autosuffisante. Les BRF sont considérés comme des aggradants, (on parle alors d’aggradation à l’inverse de dégradation) et présentent donc un matériau de premier choix pour restaurer les sols épuisés.

Bien que les BRF puissent être précompostés à basse température et pour une courte durée (3 mois), ils ne sont pas assimilables à des composts.

BRF

Le terme BRF, Bois Raméal Fragmenté, ou encore Bois Rameaux Fragmentés, désigne des branches broyées (fragmentées). Les branches à sélectionner sont des rameaux d’un diamètre inférieur à 7cm provenant d’arbres feuillus (angiospermes), les résineux (gymnospermes) sont tolérés en mélange à hauteur de 20 %. Les branches (ou les très jeunes arbres) qui composent le BRF représentent la partie la plus riche de l’arbre. On y retrouve 75% des minéraux, des acides aminés, des protéines et des catalyseurs.

Par extension, le terme BRF désigne aussi des méthodes culturales agricoles innovantes qui, par l’introduction du broyât dans la couche supérieure du sol ou la mise en paillis de BRF, recrées un sol de type "forestier". Les BRF favorisent la pédogenèse nécessaire à la création de l’humus.

Leur utilisation est considérée comme essentielle dans une agriculture de type "Biologique" et "de conservation" ainsi que dans la lutte contre la désertification.

Intérêts

Grâce à la lignine du BRF, la température reste stable et moyenne, le PH neutre, l’humidité vitale constante. Plus besoin d’irriguer ni de fertiliser. De plus, le fait que le sol ait une couverture aide à lutter contre le ruissèlement (c’est donc aussi une très bonne manière de lutter contre l’érosion).

La présence des basidiomycètes est le gage de la réussite dans l’amélioration de la structure d’un sol. Ils sont les principaux micro-organismes capables de digérer la lignine du bois, recyclant et aidant les végétaux à absorber et assimiler l’eau et les substances nutritives en formation dans le sol. Ils sont le point de départ de la chaine trophique avec les bactéries, suivis des insectes. Générateurs d’antibiotiques naturels, ils protègent les cultures des parasites et maladies.

Les intérêts et les chiffres annoncés seraient peu crédibles s’ils n’étaient affirmés et confirmés par 30 ans d’études scientifiques de chercheurs et d’organismes de renom (Université de LAVAL-QUÉBEC, Pr.LEMIEUX), (CTA Wallonie-BELGIQUE, J.HEBERT)

(source : Ekopédia)


Commentaires

Brèves

7 janvier 2008 - Un moratoire et une loi sur les OGM

Depuis la nuit des temps, les produits de la ruche régalent le palais de ceux qui les consomment (...)